Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Unité Pastorale Père DamienKoekelberg Ganshoren Berchem-ste-Agathe JetteUnité Pastorale Père Damien - Koekelberg  Ganshoren  Berchem-ste-Agathe  Jette
menu

L'’équipe des visiteurs : un témoignage

La Pastorale interdiocésaine (Bruxelles, Brabant wallon, Namur, Tournai, Liège) a invité les visiteurs de malades à une conférence intitulée « Signe de la tendresse de Dieu », présentée par le Cardinal J. De Kesel le 28 octobre 2017 à Erpent.

 

La relation d’amour de Dieu avec son peuple se manifeste par Jésus. Tout disciple de Jésus est appelé à devenir à son tour signe de la tendresse de Dieu en posant des actes d’amour. La mission des visiteurs s’inscrit dans la mission de l’Eglise. Le visiteur témoigne en actes de la tendresse de Dieu qui nous invite à revêtir le tablier du serviteur.

 

Le Cardinal J. De Kesel nous met en garde sur sa faible connaissance du monde des visiteurs ; il nous livre cependant, un enseignement d’une grande richesse spirituelle.Il précise les valeurs qui doivent animer tout visiteur. Il s’agit d’une mission délicate, base d’une profonde spiritualité.Le visiteur pose un acte gratuit, sans « agenda caché ». Il se présente humblement à l’autre, sans s’imposer : c’est l’autre qui l’accueille.

Signe de l’amour de Dieu, il se montrera discret, poli ; il écoutera d’une oreille attentive et bienveillante les joies, les peines, les souffrances qui lui sont confiées, sans jugement.Le visiteur est également un homme ou une femme de prières. Face au silence, aux situations pénibles, le visiteur reconnaîtra ses limites, ses fragilités, son impuissance, comme « Marie au pied de la croix ».

 

Mgr. J. De Kesel nous invite à la formation continue dans la mesure où rien n’est jamais acquis. Les questions-réponses ont éveillé certaines questions éthiques où le discernement, la prière, l’accompagnement sont essentiels.

 

En début d’après-midi, nous avons goûté avec plaisir aux contes superbement racontés par Stéphane Van Hoecke. Les carrefours qui s’ensuivirent nous ont permis d’échanger nos vécus et partager nos difficultés. La journée s’est clôturée par un temps de prière.

 

« Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur ». (Vatican II, Gaudium et Spes).

 

Anne-Marie Beke.

Mots-clés associés : ,