Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Unité Pastorale Père DamienKoekelberg Ganshoren Berchem-ste-Agathe JetteUnité Pastorale Père Damien - Koekelberg  Ganshoren  Berchem-ste-Agathe  Jette
menu

Conférence de Marguerite Barankitse, la femme aux 1000 enfants

Maggy, une femme de feu, une juste colère nourrie par l’espérance
  • Quand

    le 21/05/2016 de 19h30 à 21h00

  • Qui

    père Marc Leroy

  • Téléphone

    0473 928 124

  • Participants

    tout public

  • Ajouter l'événement au calendrier

    vCal
    iCal

Depuis le 26 avril 2015, le Burundi a connu des problèmes liés aux manifestations contre le troisième mandat du Président Pierre NKURUNZIZA. Bien que les organisateurs de ces manifestations aient toujours prôné des manifestations pacifiques, la Police Nationale du Burundi a intimé l'ordre de tirer à balles réelles sur les manifestants dans les différentes provinces.

 

Marguerite Barankitse, fondatrice de la Maison Shalom, viendra témoigner le samedi 21 mai à la Basilique. Voici ce qu’elle répondait à la question du journal Dimanche (6 décembre 2015) : Le Président Pierre Nkurunziza s’est accroché au pouvoir, en violation des accords d’Arusha et malgré la désapprobation de la rue comme d e l’étranger. Voici cinq mois que vous assistez depuis l’étranger à une descente aux enfers. Votre œuvre de réconciliation est mise en péril… Comment vivez-vous les choses personnellement ?

 

M.B. : Comme une nouvelle vocation : tel Abraham, j’ai été appelée à quitter mon pays pour une juste cause. Témoigner et alerter. Je vais aussi rejoindre mes frères réfugiés au Rwanda pour fêter Noël avec eux, fêter Jésus, premier réfugié né en exil, et leur délivrer un message d’espérance : le Burundi n’est pas perdu. Il était devenu impur. Trop de non-dits ! Nous devons guérir les mémoires, préparer un avenir. Les jeunes ont prouvé leur volonté de remettre le pays sur les rails. C’est malgré tout un temps de grâce. Je suis en colère mais pleine d’espérance. Je sais que je dérange le pouvoir mais si moi, qui me suis battue depuis 22 ans pour redonner de l’espoir, je me tais, qui d’autre parlera ?